MarineLePen2012.fr

Le blog de Marine

Comment transférer l’argent d’un compte offshore ?

Comment transférer l’argent d’un compte offshore ?

L’administration fiscale est reconnue comme étant impitoyable lorsqu’il s’agit de payer les impôts dus à une entrée d’argent. Elle peut se présenter en tant qu’un blocage à part entière pour le bon fonctionnement d’une entreprise qui veut s’épanouir. Dans le but d’amoindrir ou de contourner les contraintes imposées par la fiscalité, donc, pas mal de sociétés, voire, des particuliers décident d’ouvrir des comptes offshores. Pour plus de détails, cliquez ici !

Ces comptes sont connus pour cacher l’existence des sommes et des opérations à la connaissance de la fiscalité. Mais à votre charge de bien garder dans la discrétion votre compte. Car, s’il vient à être connu, soyez-sûr que vous aurez à payer le prix fort.

Or, les causes qui déjouent souvent la discrétion ne sont  autres que les transferts que vous effectuez ou que d’autres effectuent pour votre compte. D’où, vous avez intérêt à bien prendre compte de ce qu’il faut faire pour réussir ses transferts dans le cadre d’un compte offshore.

Transfert d’un autre compte vers un compte offshore

Lorsque vous décidez d’ouvrir un compte offshore, pensez aussi à ouvrir 2 comptes au minimum dans d’autres pays qui ne bénéficient pas de la catégorisation « paradis fiscal ». Il vous faut également un compte en bonne et due formes en territoire français.

Le principe, ici, consiste à jongler entre les différents comptes pour rendre l’origine des opérations méconnue en tant que possible.

  • Dans un premier temps avant même de rendre votre compte offshore actif, pensez à faire signer un contrat qui stipulera Creation Entreprise villel’origine des fonds à vos clients et débiteurs. (Faites place à votre sens de négociation et d’argumentation pour obtenir des faveurs spéciaux de la part ce ces derniers).

 

  • Ensuite, ne donnez jamais votre compte offshore à vos clients, débiteurs ou fournisseurs localisés en France. L’administration fiscale tracera facilement les virements effectués par un compte localisé en France vers un compte offshore.

 

  • Donnez l’un de vos comptes qui se trouvent à l’étranger et qui n’est pas dans un paradis fiscal pour déjouer la vigilance de l’administration fiscale. Transférer par la suite l’argent auprès d’un autre compte à l’étranger qui ne se trouve pas aussi dans un paradis fiscal. Avant d’effectuer un transfert proprement dit vers votre compte offshore. Si vous n’avez pas un grand besoin de posséder la somme dans votre compte offshore immédiatement, laissez-la un bon bout de temps dans les autres comptes.

 

  • Par contre, en ce qui concerne vos clients étrangers, vous pouvez tout de suite demander à ce qu’ils transfert l’argent auprès de votre compte offshore sans crainte.

A titre de conseil, il ne vous suffit que de faire appel à des banques en bonne et due à l’étranger en tant qu’intermédiaire pour réussir un transfert en toute discrétion vers votre compte offshore.

De ce fait, faites bien attention de ne recevoir aucun transfert direct que ce soit de votre compte en France ou des comptes de vos clients en France vers votre compte offshore. Si cela vient à se réaliser, soyez-sûr que vous allez être grillé.

Transfert d’un compte offshore vers un autre compte

Vous allez également jongler entre les différents comptes pour pouvoir rapatrier des fonds provenant de votre compte offshore sans ameuter l’administration fiscale.

  • Les fonds provenant de vos clients étrangers rentreront en France sans trop de mal si vous lez virez de votre compte étranger qui ne se trouve pas dans un paradis fiscal vers votre compte en France. Encore une fois, vous allez d’abord, effectuer un premier virement de votre compte offshore vers un autre compte pour rendre l’opération légale. N’oubliez surtout pas d’y joindre les pièces justificatives qui ne sont autres que les factures. Il se peut que le fisc s’y mêle, d’où, vous n’aurez qu’à présenter les factures pour dire que tout est légal. Et ça l’est si vous les avez.

 

  • Par contre, l’administration fiscale trouvera louche que vous ayez demandé à ce que l’on vire le paiement des prestations ou des biens effectués par des clients français vers une banque étrangère pour ensuite rapatrier l’argent vers votre compte en France. Ce n’est pas logique, vous êtes bien d’accord. Vous avez intérêt dans ce cas à maquiller les fonds pour ne pas éveiller les soupçons. Dans ce cas, mettez les factures aux oubliettes et trouver d’autres pièces justificatives pour rendre légale l’opération.

 

  • Si les sommes sont trop importantes et que vous avez peur que les factures ne coïncident pas, vous pouvez maquiller vos opérations par des actions diverses. Vous avez la possibilité de faire des acquisitions des biens immobiliers. Sinon, vous pouvez effectuer des placements dans les sociétés d’assurance. De cette manière, aucun risque que l’administration fiscale soupçonnera l’origine de vos fonds.

 

  • Vous pouvez très bien aussi utiliser directement votre carte bancaire offshore en France. Mais attention, ceci n’est conseillé que pour les petites opérations qui ne risquent pas d’ameuter l’attention de l’administration fiscale. Donc, si vous effectuez un retrait d’argent considérable, vous vous engagez à mettre le fisc à vos trousses.

A titre de conseil, sachez rendre légale tous les transferts que vous aurez à effectuer de votre compte offshore vers votre compte en France. Faites appel aux autres comptes étrangers pour jouer le rôle d’intermédiaire entre votre compte offshore et votre compte en France. Et si besoin y est, maquillez les fonds en tant que possible.

 Actuellement, vous avez la possibilité de transférer de l’argent d’un compte offshore ou vers un compte offshore par divers moyens non reconnus de l’administration fiscale. Cependant, bientôt avec l’adoption de l’AEOI, tous les pays signataires auront l’obligation de communiquer l’existence des comptes offshores chez eux. Donc, tous les transferts que vous aurez à effectuer seront connus de tous même si vous prenez toutes les précautions inimaginables.